À l’occasion de la fête des enseignants

Chaque année la même question se pose à nous : comment célébrer la fête des enseignants et leur manifester notre sympathie pour leur engagement auprès de nos enfants? La course aux cadeaux individuels, dont l’intention est compréhensible, peut donner lieu à certaines dérives : elle rend visible les disparités sociales entre les enfants, et met l’accent sur la dimension matérielle (voire matérialiste) du cadeau et non son sens symbolique. Nous préférons les cadeaux de remerciement faits maison, et qui impliquent les enfants, afin de donner un véritable sens à cette fête.

***

Par ailleurs, nous désirons témoigner notre soutien aux professeurs afin qu’ils obtiennent les droits pour lesquels ils se battent depuis plusieurs mois. Il nous semble important que les élèves soient encadrés et formés par des enseignants libres et qui savent réclamer leurs droits. Des enseignants citoyens, conscients de leurs droits, qui seront mieux à même de former les élèves aux valeurs qui cimentent la société.

***

Ainsi, nous souhaitons une bonne fête à tous les enseignants en espérant l’aboutissement de leurs demandes salariales.
Publicités

Homemade is better

In today’s market we can find almost everything we need, or at least everything we think we need… »c’est une société de consommation » .

People are accustomed to buying things at all times on every single occasion. The types of purchases are endless.

I remember my 2- year old sister nagging constantly until mum gave her a well sealed jar of beans. That became her favorite rattle.

While birthdays still remain the primary reason for rushing to the store, some other events like Valentines, Teacher’s day, Father’s day, Mother’s day (only to name a few), also play quite a busy role in our market.

One way of thanking our children’s teachers for their tremendous efforts could be a simple and homemade holiday gift. In turn, our kids learn about values and gratitude.

Whatever happened to « homemade »: baking, crafts, drawings etc… this not only gives a real personalized touch to the gift itself but also encourages both us and our children to be more engaged in a world of creativity rather than one of pure materialism.

Rencontre conviviale le 22 novembre

De nombreux parents désirent nous rencontrer. Nous organisons pour cela une matinée festive le mardi 22 novembre au jardin public de Sin El Fil de 10h à 13h. Venez avec vos enfants, amusement assuré!

Au programme : jeux de plein air, coloriage, lecture d’histoires, activités spéciales pour le 22 novembre, thé, café, brunch.

Accès et itinéraire : http://maps.google.com.lb/maps/ms?msid=210314366090664058094.0004b1c39f350f0804756&msa=0&ll=33.857302,35.635185&spn=0.126871,0.293541

A noter que vélos, trottinettes et ballons sont interdits. Billes, frisbee, cerfs-volants sont les bienvenus!

De la relation parent enseignant

Des parents inquiets pour leur progéniture, des enseignants inquiets pour leur emploi. Des parents parfois un peu clients et méfiants, des enseignants sur la défensive ou péremptoires et sous pression.

Pourtant l’entente parent enseignant est essentielle pour l’évolution et l’épanouissement des élèves. Nous confions nos enfants à une équipe enseignante, nous nous devons de contribuer à la mise en place d’un cadre sécurisant pour les enfants et leurs enseignants. Les contacts entre les parents et les enseignants sont souvent malheureusement emprunts d’une certaine méfiance. Les sur-effectifs des classes occasionnent un stress pour les enseignants qu’il nous faut pourtant reconnaitre et prendre en compte.

Que penser du défilé des parents dans les bureaux des directeurs pour se plaindre de tel enseignant, ou des pétitions contre un enseignant ? Que penser de tel enseignant qui prend en grippe tel élève ?
Débordée, l’administration peine à créer une véritable communication entre enseignants et parents.

Heureusement, la prochaine mise en place, du moins en maternelle et en primaire, du système de parent référent (un parent référent par classe) devrait permettre d’améliorer cette communication.

Et nous, les parents de ce blog souhaitons contribuer à apaiser ces relations et à créer une relation de confiance. Car comme l’a dit une enseignante du GLFL lors des journées du 2 juin , parents et enseignants constituent une véritable équipe pédagogique.

Sur internet:

Conférence de Gilles Monceau « Des parents dans l’école »

Comment construire des relations parents-enseignants efficaces?


Elsa Zakhia

Le Maître d’école : Pourquoi dans nos écoles y a-t-il plus de maîtresses que de maîtres?

Alors que la psychologie moderne a prouvé l’importance de l’existence d’une identification masculine et féminine, la plupart de nos enfants ne bénéficient à l’école maternelle, ainsi qu’en classes primaires et même complémentaires, que de maitresses. Est-ce du à un manque d’effectif au niveau du personnel enseignant ou à un manque d’attention pédagogique?

Instituteur du documentaire « Etre et avoir » de Nicolas Philibert
A notre avis, il serait souhaitable de remédier à cette lacune (qui n’a l’air de rien) si nous désirons voir nos enfants- citoyens du futur- mentalement équilibrés et psychiquement bien construits.

Mariange Nohra Merhi

Sondage parents sur les 3 améliorations prioritaires: les résultats

Peu avant la fin des classes (juin 2011), nous avons lancé un premier sondage en ligne pour recueillir l’opinion des parents sur les 3 principales améliorations qu’il y aurait à apporter au Grand Lycée (choix entre 8 réponses, avec possibilité de réponse ouverte).

A l’heure de la rentrée 2011-2012, les résultats se présentent de la manière suivante :

Effectifs par classe = 32%

Qualité de l’enseignement = 22%

Gestion de la violence = 19%

Qualité des locaux et des équipements = 8%

Transports = Offre d’alimentation = Activités périscolaires = 6%

Autre = 2%

Priorité est donc donnée pour 3 questions de fonds.

Autant l’importance  des effectifs était prévisible étant donnée la réputation de surcharge des classes du Glfl, autant nous étions loin de penser que la qualité de l’enseignement serait aussi prégnante. On peut d’ailleurs se demander si tous les parents entendent la même chose par « qualité de l’enseignement », s’agit-il de la pédagogie, des connaissances acquises, du niveau de l’arabe, de la capacité d’être intellectuellement autonome, des valeurs… ?

Quant aux transports, ils apparaissent finalement moins prioritaires que prévus.

Certes, il est difficile de savoir dans quelle mesure les 151 personnes qui ont répondu au sondage sont vraiment représentatives des parents du Glfl, mais il confirme tout de même la nécessité de travailler a la baisse des effectifs par classe, d’un certain  manque de confiance dans l’enseignement dispensé, et la violence qui inquiète les parents. Les 2 derniers points pourraient être adoucis si le Glfl communiquait plus et mieux sur sa pédagogie et ses programmes et sur les mesures récemment prises pour endiguer la violence.

Sur un sujet proche, voir aussi les résultats en ligne du récent sondage du Pèlerin Magazine « ce que les parents attendent de l’école ».