Fêter les enseignants de manière différente et solidaire?

Evoquer la fête des enseignants c’est un peu marcher sur des oeufs!

Si beaucoup trouvent normal d’arriver ce jour là à l’école avec des sacs de cadeaux, oserons-nous exprimer une autre opinion?

De l’avis-même de certains enseignants, recevoir un cadeau d’un enfant influence son comportement vis-à-vis de cet enfant. Par conséquent, ce cadeau n’est-il pas une certaine façon d’ « acheter l’attention de l’enseignant », en le rendant redevable de simplement faire son travail ? Ce système commercial et concurrentiel n’est-il pas contraire à l’égalité des chances entre les enfants, puisque les parents n’ont pas les mêmes capacités financières?

Si l’intention de départ est louable, à savoir remercier les enseignants pour leur attention et leur compétence, l’escalade et la surenchère concernant les cadeaux sont dangereuses. Les difficultés du travail des enseignants sont reconnues par les parents, surtout dans un établissement où les classes sont surchargées et les salaires modestes. Cet événement ne devrait-il pas être l’occasion pour les parents d’entourer  les enseignants ? De sensibiliser et mobiliser leurs enfants pour les faire pleinement participer à la fête de leurs professeurs ? Pour les élèves de la classe de vivre un moment collectif et solidaire ?

N’est-ce pas là  des valeurs que l’établissement devrait encourager ?

Cette question n’est pas une fatalité ou une tradition libanaise comme certains pourraient le penser. Certaines écoles libanaises font passer une circulaire demandant aux parents de ne pas apporter de cadeaux, certains professeurs refusant même les cadeaux.

© Vlado

Quelques autres façons de fêter les enseignants vues ici et là:

-Collecte auprès des parents d’une somme qui permette un cadeau commun.

-Collecte auprès des parents de toute l’école d’une somme dont le total sera réparti entre le personnel enseignant.

-Fête surprise, et création d’un cadeau collectif sur la base d’idées émanant des enfants, avec l’aide des parents.

-Circulaire de l’administration interdisant les cadeaux.

-Ecrire une petite lettre, un poème, au professeur…tout simplement.

Et les enfants auraient sûrement d’autres idées originales si on les impliquait dans cette fête.

Qu’en pensent les professeurs? La parole est ouverte.