La musique… un art optionnel ou une nécessité éducative ?

Il y a quelques années, j’ai eu la chance de travailler en tant que Directrice d’Internat dans un Collège privé en Bretagne. Et je garde le souvenir heureux d’enfants qui courraient dans les couloirs de l’école, pressés d’arriver au cours de musique donné par un musicien professionnel passionné par son art qu’il savait transmettre

La salle de musique était remplie d’instruments divers, principalement piano- guitare- batterie- (mais les enfants qui suivaient des cours particuliers chez eux, avaient le droit d’apporter aussi leurs instruments). Cet effort n’était pas considéré comme un luxe : il permettait aux élèves de se familiariser avec les sons et d’apprendre le travail d’équipe par un langage largement plus universel. Leur entrainement acharné durant toute l’année (plus les clubs mis en place lors des récréations) aboutissait à l’organisation d’un Concert final, auquel parents et professeurs étaient conviés, ce qui emplissait les élèves de fierté. Ceux qui se prenaient pour les plus médiocres sur le plan scolaire, se révélaient être, devant leurs amis, les plus créatifs sur le plan artistique. L’harmonie des voix et des notes donnait un bruit de fond tellement agréable, que le souvenir de ces instants magiques doit encore, sans aucun doute résonner dans la mémoire de ces jeunes…

En Allemagne, en Angleterre et aux États-Unis, une classe de musique par école est obligatoire. Les élèves ont un cours par semaine dans le cadre de l’éveil à la musique. Aujourd’hui, au Liban, dans les garderies qui suivent la Pédagogie Moderne, la musique s’est imposée également, ouvrant aux enfants renfermés, inhibés, ou tout simplement timides, les portes d’une expression personnalisée.

Comment se fait-il que nos jeunes au GLFL n’aient pas eu cette chance, malgré tous les gros moyens déployés et les efforts fournis, sur le plan financier, administratif et éducatif ?

N’est-il pas temps, dans ce pays longtemps assourdi par les bruitsdes canons, de remplacer la pollution sonore quotidienne qui casse les oreilles de nos enfants, par une éducation au bruit, au son et à la musique ?

Mariange Nohra Merhi

Publicités